Perpignan : salon de l’Auto 2019, léger fléchissement après les succès commerciaux de 2015 et 2017

Après les succès commerciaux remportés par les éditions 2015 et 2017  – l’effet de nouveauté après une dizaine d’années d’interruption ? – le cru 2017 s’annonce « en léger fléchissement » selon Denis Rolland, président du CNPA ( Conseil National des Professions de l’Automobile ) et Vincent Bernardi, de l’Indépendant-Midi Events co-organisateurs de l’évènement. Plus de 600 véhicules, neufs et d’occasions, étaient exposés jusqu’à lundi soir 18 h, et les professionnels ont constaté un pic de fréquentation le dimanche 7 avril. Maintenant, les ventes ont-elles réellement suivi ? …

« Je qualifierai cette troisième édition du Salon de l’Auto au parc des expos d’attentiste et son bilan nuancé fait remarquer Denis Rolland, le président du CNPA, basé à Perpignan. C’est à dire que les visiteurs ont certes afflué  -surtout dimanche dernier, toute la journée – mais je ne suis pas certain que les concessionnaires aient fait leur meilleur chiffre d’affaires … Depuis 2018 le marché automobile reste néanmoins correct dans le département. De façon générale les acquéreurs potentiels ont préféré se montrer prudents, fait jouer la concurrence, se sont renseignés en amont et se sont procurés des brochures tout en profitant de l’aubaine, mais il me semble que l’acte d’achat ou le coup de coeur ont été « plus longs au démarrage ».  Ce même si la bonne vingtaine de marques représentées durant ces 4 jours ont proposé à leurs clients des modèles (électrique, hybride, traditionnels) très attractifs, et des offres intéressantes : prime à la conversion, leasing, facilités de paiement ». 

Plus compliqué pour les concessionnaires

Un avis que partage, quoique de façon plus mitigée, Vincent Bernardi de l’Indépendant-Midi Events « le bilan chiffré nous ne l’avons pas encore, je vous parlerai donc plutôt de tendances. Globalement ce fut effectivement un beau plateau avec plus de 600 véhicules présentés et un objectif largement atteint concernant les conditions d’exposition (qualité du cadre, de l’éclairage, de la visibilité des stands etc.). Si la fréquentation semble identique à celle de 2017, il est vrai en revanche que commercialement parlant ce fut peut-être plus « compliqué » pour les vendeurs. Autant 2015 fut un excellent cru, 2017 très positif surtout pour les véhicules d’occasions, 2019 paraît avoir subi un léger fléchissement. Bon, permettez-moi quand même d’observer une certaine réserve : nous allons effectuer notre débriefing, globaliser les retours, et dès que nous aurons les chiffres définitifs de cette édition 2019 nous pourrons alors faire de vraies comparaisons ! ».

Salon de l’auto de Perpignan : et maintenant, les voitures massantes!

Le salon de l’automobile de Perpignan continue jusqu’à lundi au parc des expositions.

Se retrouver face à autant de bolides, cela peut faire tourner la tête. Mais voir les prix de ces bijoux, cela peut également crisper les nerfs les plus sensibles. Mais pas d’inquiétude, certains nouveaux modèles de voitures proposent de masser le conducteur qui reprend la route.

Il ne s’agit tout de même pas d’une séance de kinésithérapie, quoique, mais les nouveaux véhicules sont toujours plus attentifs au bien-être de l’automobiliste. C’est le cas par exemple chez Peugeot, avec la petite dernière 508 présentée sur ce salon de Perpignan en exclusivité, qui propose cinq modes de massage. Sur le tableau de bord, il suffit de sélectionner la partie du dos qui nécessite d’être soulagée, comme les épaules ou les lombaires, et le siège s’active pour détendre le conducteur. Un soin particulier, évidemment en option, qui alourdit l’addition totale de 1300€.

Ce constructeur n’est pas le seul à proposer cette attention particulière mais seuls les modèles les plus récents et haut de gamme semblent en être dotés.

Salon de l’auto de Perpignan : des visiteurs pris à fantasmer

Le salon de l’automobile et des mobilités poursuit sa route jusqu’à lundi, 18 heures, au parc des expositions de Perpignan.

Des belles voitures et encore des belles voitures, la recette pour attirer du monde n’est pas très compliquée. Depuis son ouverture vendredi, le salon de l’auto et des mobilités de L’Indépendant et du Conseil national des professions de l’automobile attire des milliers de visiteurs. Et les profils de ces curieux sont très différents. Des familles avec des enfants, des couples et des vrais fanas de quatre-roues, se pressent autour des nouveautés motorisées.

Dans le flot de flâneurs, beaucoup se sont déplacés pour assouvir leur curiosité. Comme Roger et Nadia, de Canohès : « On n’est pas venu pour acheter une voiture surtout qu’il semble impossible de trouver un modèle à moins de 20000€. C’est vraiment devenu hors de prix« , constate le couple. Pris à rêver d’un portefeuille illimité, ces Canouhards craqueraient bien pour un Dodge RAM. « C’est un monstre, mais ils n’ont même pas affiché le tarif. C’est sûrement pour que les gens ne s’évanouissent pas!« , s’amuse Roger.

Dans les allées, un père et son fils se prennent en photo devant les bolides les plus impressionnants. Eux aussi n’ont nullement l’intention de sortir le chéquier aujourd’hui. « On est juste là pour rêver« , fantasme Olivier, le papa, tout en immortalisant l’instant où son bonhomme de 8 ans, Thomas, pose aux côtés d’une Dodge Challenger SRT, sa préférée.  « On est fan de voitures, le petit a pris ma passion« , abonde Olivier. Bien qu’il soit comme un poisson dans l’eau, le père de famille regrette la faible présence de véhicules électriques sur le salon. « Il y a de l’hybride, mais du 100% électrique c’est plus rare. Pourtant c’est l’avenir. C’est un peu dommage car je cherche à en acquérir une mais, pour l’instant, les prix sont trop élevés« , explique cet inconditionnel. En attendant de voir ce marché s’étoffer, Olivier continue d’alimenter son album photo.

Une sorte de balade dominicale au milieu de l’odeur du plastique neuf, c’est également ce qui a motivé Sébastien à se rendre au parc des expositions. Ce Perpignanais ne devrait pas passer à la caisse en ce jour pourtant il est un adepte du changement d’automobile. D’après ses confidences, cet homme dans la fleur de l’âge renouvelle son bolide tous les huit à dix mois. « Et je dois avouer que le nouveau T-Cross et la Polo me tentent un peu. » Les conseillers commerciaux de Volkswagen n’ont donc plus qu’à sortir l’artillerie lourde pour convaincre ce gros consommateur.

Plus loin, il en est deux qui préparent activement leur achat. Michel et Christopher, de Saint-Cyprien, cherchent tout bonnement deux nouveaux joujoux. Lassés de leurs Ford Cougar respectives, ils ont envie de nouveautés. « Nous voulons assurer la transaction en novembre. Au lieu de courir les concessions, en venant ici, on peut voir tout le monde et commencer à faire notre choix. » Et les Cyprianencs ont visiblement eu un coup de coeur pour le DS7 Crossback.

Si seuls quelques visiteurs repartiront à bord d’un bolide, tous ont au moins la possibilité de rêver. Et évidemment, ça, cela n’a pas de prix.

Salon de l’auto de Perpignan : ces voitures roulent vers l’autonomie

Le salon de l’automobile de L’Indépendant est l’occasion de découvrir des modèles qui sont des bijoux de technologies.

La technologie s’est totalement emparée du quotidien et les voitures n’échappent pas à cette nouvelle norme. Demain elles rouleront toutes seules, quoique certains modèles commencent déjà à emprunter ce chemin.

Dans les allées du salon de l’automobile de L’Indépendant à Perpignan, les conseillers commerciaux des différentes concessions proposent l’argument technologique comme atout. Indéniablement, cela fonctionne. « Surtout au niveau des professionnels qui sont toujours plus férus de ces options« , confirme Rachid Nessar, chef du groupe Volkswagen à Perpignan.

D’autres spécimens motorisés se rapprochent toujours plus de la voiture autonome. C’est le cas par exemple chez ce concessionnaire, où le créneau ne nécessite plus aucune action de l’homme. « Actuellement, quand on parle de park assist, on omet de dire qu’il faut passer les vitesses ou faire un jeu au niveau des pédales. Maintenant, nous avons des technologies intégrales qui permettent à l’automobile de se garer réellement toute seule. Sans les pieds, ni les mains« , poursuit Yannick Bonin, conseiller commercial pour Ford.

La voiture autonome c’est l’objectif et nous y arrivons

Une automatisation toujours plus accrue donc, qui est sans nul doute recherchée par tous les constructeurs. « C’est l’objectif. Et nous y arrivons« , abonde le vendeur. La preuve, à en croire les professionnels interrogés sur ce salon, l’une des nouvelles normes dans le milieu se trouve dans le « centrage de ligne ». Une assistance changeant d’appellation selon les constructeurs, mais dont la nature est quasiment toujours identique, puisqu’elle indique à la voiture de se recentrer en cas d’un léger débordement de route. Le volant tourne seul.

Avant de découvrir totalement ce futur véhicule intelligent, certains amateurs de gadgets se délecteront d’options plus simples comme la recharge du téléphone par induction, sans câble.

Les constructeurs n’ont pas fini de rivaliser de nouveautés pour séduire un conducteur qui doit tout de même garder les pieds… sur les pédales.

Salon de l’auto de Perpignan : le marché de l’occasion passe la cinquième

Le salon de l’auto de L’Indépendant et du Conseil national des professions de l’automobile est l’occasion de découvrir le nouveau et toujours juteux marché des véhicules d’occasion. Fini la vieille voiture dépassant les 200 000 km, elles sont désormais plus récentes et parfois presque luxueuses.

Les véhicules d’occasion sont toujours plus plébiscités par les automobilistes. La preuve. Au salon de l’automobile et des mobilités de Perpignan, si une centaine de voitures neuves sont exposées, elles sont plus de 200 à être des secondes mains.

Un engouement constant qui oblige les marques à s’adapter à cette demande. Au parc des expositions, les « VO » comme ils sont appelés dans le jargon, sont disposés à l’extérieur. Tous les concessionnaires sont représentés. La concurrence est visiblement accrue mais elle ne se limite pas aux professionnels. « La vente entre particuliers est très présente sur ce secteur. Tous les ans, ce sont environ cinq millions de ces automobiles qui sont écoulées. Sur ce chiffre, une majorité de transactions est assurée entre particuliers« , explique Cyril Margail, pour Citroën chez Tressol Chabrier.

Une voiture d’occasion se change en moyenne tous les cinq ans

Les professionnels redoublent ainsi d’attentions sur leurs VO. Garantie courant sur plusieurs années, modes de financements avantageux, contrôles techniques et vidanges ultra récents… les concessionnaires affinent leurs offres et misent sur le suivi du véhicule. « On compte sur la fidélisation du client car une occasion se change en moyenne tous les cinq ans« , confie Cyril Margail.

Un commerce juteux qui peut faire flamber les prix de ces secondes mains. Si chez Citroën les montants oscillent entre 3 500 et 40 000€, chez Mercedes, par exemple, le GLC coupé est affiché à 115 000€. À ce montant, pourquoi ne pas acquérir une voiture neuve ? « Tout simplement parce qu’elle reste 30 000€ moins chère qu’une sortie d’usine et elle est récente« , explique Jean-Charles Torres, du groupe LG.

Les tarifs vont donc du simple au double puisque déterminés par des dizaines de critères comme le modèle, l’ancienneté, le nombre de chevaux ou encore le kilométrage.

L’occasion n’a plus rien à voir avec la vieille « rougne » destinée souvent aux jeunes conducteurs. Abordable ou quasiment luxueuse elle ronronne pour toutes les bourses.

Salon de l’auto à Perpignan : une occasion à… 300 000€

Seuls 5000 modèles de ce petit bijoux sont sortis de l’usine lors de sa commercialisation.

Bien qu’elle ne soit pas située au centre du salon de l’Auto et des mobilités de Perpignan (jusqu’au lundi 8 avril 2019), il est très difficile de manquer cette bête. Un bolide noir qui semble tout droit sorti d’un film de James Bond avec ses portes « papillon ».

Sur le stand du groupe LG ronronne cette automobile Mercedes-Benz SLS AMG qui attire tous les regards. Outre sa silhouette atypique, son prix est lui aussi des plus surprenant. La quatre-roues est en effet affichée au prix de… 299 900€.  Ce véhicule est sans nul doute l’un des plus onéreux du salon, surtout pour une occasion.

Une voiture d’exception qui a au moins le mérite de faire rêver les visiteurs.

Perpignan : top départ pour le salon de l’automobile de L’Indépendant

Le salon se tiendra jusqu’à lundi au parc des expositions de Perpignan.

Démarrage sans encombre pour le salon de l’automobile et des mobilités de Perpignan. Ce vendredi matin, Alain Baute, directeur délégué de L’Indépendant, a inauguré cette troisième édition de l’événement dédié aux fanas des quatre-roues qui se tiendra jusqu’à lundi 8 avril au parc des expositions perpignanais. Pendant quatre jours, trente marques présentent en effet leurs meilleures nouveautés, quatre bolides seront d’ailleurs dévoilés en exclusivité par DS, Volkswagen, Audi et Peugeot.

Au son du rugissement du lion de Peugeot, Alain Baute a souligné « son émotion de voir toutes les marques exposées dans ce salon. Cela prouve que nous avons construit, au fil des ans, un véritable rendez-vous avec les visiteurs mais aussi avec les acteurs du monde économique présents pour cette ouverture. »

C’est donc aux côtés des présidents de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) des Pyrénées-Orientales, Bernard Fourcade, et de l’UPE66, Alexis Melidonis, que le directeur délégué de L’Indépendant a lancé cette nouvelle édition.

Salon de l’auto de L’Indépendant : « Les professionnels ont un vrai intérêt pour ce rendez-vous »

L’événement s’ouvre ce vendredi matin dès 10 heures au parc des expositions de Perpignan.

Les trois cents véhicules du salon de l’auto et des mobilités, organisé par L’Indépendant et le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), s’exposent vendredi au parc des expositions. Jusqu’à lundi, une trentaine de marques présentera ses derniers bijoux à quatre roues.

Ce rendez-vous perpignanais en est à sa troisième édition et il s’est déjà imposé comme une référence dans le secteur. Constat partagé par Denis Roland, président départemental des concessionnaires et Alain Savary, président du CNPA66. « Les professionnels ont un vrai intérêt pour ce salon. La preuve, quatre d’entre eux vont présenter leurs nouveaux modèles : le DS3 Crossback, le T-cross chez Volkswagen, le 508 SW chez Peugeot et le Kuga éthanol hybride de chez Ford. »

600 ventes pour l’édition 2017

Quatre pointures de l’automobile donc, séduites par les ventes assurées lors des dernières éditions de l’événement. Lors de l’édition 2015, trois cents véhicules neufs sont partis sur les routes directement depuis le parc des expositions. Deux ans après, ce chiffre a quasiment été doublé grâce à l’acquisition des voitures d’occasion. Des chiffres exceptionnels pour ce genre de manifestation ? « Je ne m’aventurerai pas à l’assurer. En tout cas, je pense que cela reste de très bonnes statistiques« , confirme le « patron » des concessionnaires.

D’après le dernier retour d’expérience, les acteurs du secteur attendent une bonne fréquentation lors de cette réunion de fanas de l’automobile. Entre 10 000 et 12 000 personnes se sont pressées lors de la troisième édition pour admirer les nouveautés d’alors.

Bolides à tester

Outre le simple regard posé sur les bolides, les visiteurs pourront également tester certains véhicules. En effet, une dizaine de professionnels dont Audi, Volkswagen, Ford ou encore Mercedes, proposeront aux amateurs de s’installer directement à la place du conducteur sur leurs nouveaux modèles.

À noter également que l’inauguration officielle du salon est organisée ce vendredi à 11 heures et sera assurée par le directeur délégué de L’Indépendant, Alain Baute, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Bernard Fourcarde, et Alexis Melidonis, président de l’UPE66.